30 novembre 2023

Une seule foi, une seule doctrine – une seule Église, de nombreuses cultures : c'est l'idée commune qui a plané sur presque tous les points de l'ordre du jour de la récente assemblée des apôtres de district à Zurich (Suisse).

Cela a commencé dès la partie spirituelle, par laquelle l'apôtre-patriarche Jean-Luc Schneider a donné son impulsion, jeudi dernier, en ouverture de la session de deux jours. Il a ainsi esquissé les conditions cadres pour l’Église globale internationale : diversité, mondialisation, migration – à la fois « bénédiction et défi », selon son diagnostic.

Et cela ne s'est pas arrêté à la table du déjeuner, où les apôtres de district et leurs adjoints ont continué à échanger sur les défis qu'ils rencontrent dans leur pays. L'Europe, par exemple, doit faire face à une lassitude croissante à l'égard du christianisme. En Inde, il n'y a souvent pas de base de discussion, car seule une minorité est chrétienne. En Afrique, la multiplicité des langues constitue un défi pour la transmission d'un enseignement cohérent.

L'unité à l'autel

« La foi néo-apostolique peut être vécue au sein des cultures les plus diverses ! », avait déclaré l'apôtre-patriarche dans son interview relative à la stratégie en 2018. Ce que cela signifie en termes d'organisation dans la pratique s'est une fois de plus manifesté lors de cette assemblée. En effet, les apôtres de district continuent à œuvrer pour laisser suffisamment de place aux différences tout en préservant l'unité de l’Église et l'intégrité de sa doctrine.

C'est ce qui ressort par exemple du rapport sur l'état d'avancement des travaux des groupes spécialisés qui travaillent pour l'assemblée des apôtres de district. Le prochain recueil liturgique du groupe de travail Pensées directrices, dont les règles (légèrement actualisées) relient le monde entier, en fait partie. Mais les Pensées directrices proprement dites, qui constituent la base du service divin, tiennent compte des différences régionales : elles existent sous forme de feuillet mensuel ou de recueil annuel, selon l'infrastructure disponible pour la distribution dans chaque pays.

Un espace pour la diversité

Le thème de la protection des marques a porté sur l'unité de l'image de l'Église : l'Église néo-apostolique internationale (ÉNAI), dont l'administration se trouve à Zurich, est responsable de la protection de l'emblème et du nom de l’Église contre toute utilisation abusive par des tiers. Mais pour cela, il faut des mesures différentes selon les États. Cependant, il y a aussi de la place pour la culture régionale à l'intérieur du cadre juridique. Ainsi, le groupe de travail Communication Europe peaufine un nouveau manuel de design.

Mais il est parfois utile de niveler les différences, comme dans le cas de la formation continue des ministres ordonnés : toutes les Églises territoriales ne disposent pas d'un système de formation établi. C'est ce qui était ressorti d'un sondage réalisé en amont de la précédente assemblée des apôtres de district. L'ÉNAI développe maintenant un programme d'apprentissage en ligne, qui a été présenté avec un premier exemple de module.

Ce qui compte, c'est le message

Les différences culturelles étaient également au cœur d'une remarque que l'apôtre-patriarche Schneider a faite en préambule du service divin qu'il a célébré pour tous les ministres d'Europe. « Nous vivons dans un monde où l'on accorde tant d'importance aux mots », a-t-il constaté. Il a cité comme exemple la formulation neutre du point de vue du genre, qui est justement un grand thème dans la société allemande.

« Nous ne devrions jamais oublier que le message de la prédication est toujours plus important que le vocabulaire », s'est exprimé le responsable de l’Église, et pas seulement en ce qui concerne le genre. Car cela concerne aussi le prédicateur, qui n'est peut-être pas très éloquent. Et quand il s'agit d'exprimer son estime à son prochain : Alors, « nous accordons plus d'importance aux actes qu'aux paroles. »

Le message de l'ensemble du service divin correspondait à peu près à la conclusion de la partie spirituelle de l'assemblée des apôtres de district : « Annonçons inlassablement l'Évangile de Jésus-Christ. »


Photo: what4ever - stock.adobe.com