4 janvier 2024

Celui qui prie trouve la connexion avec Dieu... même dans un ventre obscur. En s'appuyant sur l'histoire du prophète Jonas, qui a été englouti par un gros poisson, l'apôtre de district John Schnabel (États-Unis) montre ce qui constitue une bonne prière.

Dans le deuxième chapitre du livre de Jonas, le prophète se retrouve dans le ventre d'un gros poisson et prie Dieu désespérément. Sa prière est un exemple de dialogue sans fard et déchirant avec Dieu, qui permet finalement au prophète de sortir de cette situation obscure en tant qu'homme transformé.

Une prière efficace se caractérise généralement par une grande part de réalisme. On admet ses problèmes et on y fait face, et on implore peut-être le Seigneur dans sa peur. Le Seigneur n'est jamais surpris, car il sait ce dont nous avons besoin avant que nous le lui demandions (Matthieu 6 : 8). Mais nous devons d'abord pousser notre cœur et nous diriger vers lui si nous voulons surmonter nos peurs et nos doutes. Pensons à Jonas : alors qu'il était dans l'abîme, il a ouvert son cœur à Dieu et a exprimé sa confiance en lui.

En tant qu'êtres humains, nous devons faire face à nos doutes. Notre foi progresse lorsque nous abandonnons notre propre point de vue et cherchons le Seigneur. Plus nous le cherchons, plus c'est facile. Celui qui prie souvent et sérieusement peut se plonger dans sa relation avec le Tout-Puissant et trouve immédiatement du réconfort – même dans un sombre ventre de poisson !

Mais nous devons aussi prier au nom de Jésus, ou prier comme lui. Mais comment faire quand on est pressé de toutes parts ? Nous pourrions prendre la prière de Jonas comme modèle, ou peut-être une prière comme celle-ci : « Seigneur, je crie vers toi. Tu vois ce qui se passe dans ma vie. Apaise mon cœur, libère-moi de l'idée de devoir porter seul mon fardeau. Je te cherche, aide-moi, s'il te plaît. Je te loue pour ce que tu vas faire à mon égard. Exauce ma prière au nom de Jésus. Amen. »

Si nous prions sérieusement, nous constaterons que nous ne parlons pas seulement à Dieu, mais aussi à notre propre âme, dans laquelle le don du Saint-Esprit a été répandu. Il nous aide à reconnaître où nous en sommes avec Dieu : il est présent, il nous bénit et il a le souhait de passer l'éternité avec nous. Il ne nous quittera jamais. Le Seigneur nous rappelle les lys des champs et que nous ne devons pas nous inquiéter du lendemain (voir Matthieu 6 : 28.34). Cela nous permet de changer d'attitude et de voir les choses comme le Seigneur les voit. La prière n'est pas seulement la possibilité d'exprimer nos pensées et d'entrer en contact avec la source de force, mais elle nous permet aussi d'être disposés comme le veut la communion en Jésus-Christ (Philippiens 2 : 5).

Nous devons éveiller ensemble cette connaissance et cette certitude du Saint-Esprit. Dans notre relation avec le Seigneur, nous ne pouvons pas nous contenter d'attendre que les choses se produisent ou changent d'elles-mêmes. Nous devons adopter une attitude proactive dans la foi et aller sans cesse vers lui.

Prions à travers nos peurs et nos doutes et faisons confiance au Tout-Puissant, car alors le poisson pourra nous libérer et nous pourrons changer grâce à la grâce de Dieu.